Maman, y’a papa qui bouge encore (2003/2004)

L’enfer, est, dit-on, pavé de bonnes intentions

C’est ce que doit penser Félix lorsque, dans son univers feutré et masculin, déboulent Donatienne et sa fille Clémentine ! Lui, est une ancienne gloire de la danse. Elles, sont les deux seules femmes de sa vie, qu’il a fait rechercher pour soulager sa conscience : Donatienne fut un petit rat de l’Opéra qu’il séduisit, engrossa et abandonna.
Au soir de son existence, il a décidé de leur léguer sa belle maison de Neuilly. Fred, son secrétaire très particulier et compagnon très cher, craint le pire. Et il a bien raison ! C’est que le petit rat est devenu une maîtresse femme, virago tonique et forte en gueule. Avec sa fille Clémentine – toute jeune maman d’un garçonnet – elles survivaient jusqu’alors dans une caravane délabrée sur un terrain vague de banlieue, à coups d’arnaques minables.
C’est dire que la maison de Neuilly est pour elles, providentielle ! Et ce, d’autant plus qu’elles sont sous le coup d’une enquête sociale, diligentée par une vieille fille acariâtre qui s’est promis d’arracher le bébé à une telle promiscuité. Mais le doute s’installe : Donatienne est-elle bien Donatienne ? La promesse d’héritage s’éloigne, et le temps presse ! Du coup la terrible grand-mère se déchaîne et révèle d’étonnantes dispositions de véritable serial-killer.
Bref, un thriller. Mais un thriller pour rire ! Une comédie d’humour noir, où le noir est toujours jubilatoire et l’humour désopilant. Des personnages avec de sacrés tempéraments, déjà pas tristes en eux-mêmes, et dont la rencontre prend les allures d’un cataclysme irrésistible ! C’est tonique, original et décoiffant ! A lire absolument ! Et à jouer ! Puisqu’il faut bien mourir de quelque chose, autant mourir de rire !

0 commentaires